Peut-on encore obtenir un prêt immobilier en 2024 ?

Temps de lecture : 9 minutes

L’obtention d’un prêt immobilier, quand tu fais de l’investissement dans ce domaine, peut s’apparenter à la quête du Graal depuis l’entrée en vigueur des nouvelles normes HCSF en 2022. Réussir à persuader ton banquier va grandement faciliter le processus. Le séduire ne se limite cependant pas à des techniques de charme, cela repose sur une préparation minutieuse et une approche stratégique. Pour démarrer cette nouvelle année dans les meilleures conditions, nous avons choisi de te partager nos conseils pour optimiser tes chances d’obtenir un prêt immobilier en 2024 !

Aujourd’hui, obtenir un prêt immobilier de la part de son banquier ne se fait plus en un claquement de doigts. Il ne suffit plus d’un seul joli sourire, avec un CDI en guise de garantie, pour repartir avec un emprunt bancaire sur vingt ans. On observe une grande tendance à la professionnalisation dans le monde de l’investissement immobilier, y compris en nom propre. Et la bonne nouvelle, c’est que les femmes investisseuses sont plutôt douées pour obtenir ce qu’elles veulent pour mener à bien leur projet immobilier. Chez INVESTIR COMELS, il nous tient à cœur de valoriser l’investissement au féminin. Alors saisis cette chance qui t’est donnée, applique nos conseils et tu obtiendras ton prêt avec succès.

Conseil n° 1 : Ton profil financier, sur le bout des doigts, tu connaîtras

Avant toute approche bancaire, prépare ton profil financier. Cela implique de présenter une vue claire et précise de ta situation financière. Pour leur permettre de décider ou non d’octroyer un prêt immobilier à un particulier, les banques s’appuient sur une analyse de ratios financiers précis. En 2024, les normes HCSF ne changent pas. Tu dois donc accepter ces règles du jeu et gagner malgré elles… Il te faudra user de stratégie et maîtriser ton sujet. Avant d’aller chez le banquier, nous te suggérons fortement de connaître ces trois ratios te concernant :

Taux d’endettement (ou taux de charge)

Celui-ci est très facile à calculer. Il correspond au rapport entre toutes tes charges et tous tes revenus. Avec ce taux d’endettement, la banque connaît ta solvabilité pour un potentiel nouvel emprunt, si ce n’est pas le premier que tu demandes. 

Taux d’effort

C’est le taux d’endettement maximal que tu pourras supporter. Il est calculé à partir de la somme qu’il te reste après avoir déduit toutes les charges que tu as à payer de tous les revenus que tu as perçus. Le taux d’effort est plus précis que le taux d’endettement, car il prend en compte la cotisation de ton assurance de prêt également. Si le taux d’effort est limité à 35% par le HCSF, il faut savoir qu’un “non” de ta banque n’est jamais définitif. Il existe des dérogations. Les banques sont autorisées à octroyer des prêts immobiliers même en cas de taux d’effort supérieur à 35% et ce, à 20% des demandes qui sont présentées. Cela signifie 2 dossiers sur 10, ce qui n’est pas négligeable ! Ton banquier ne le sait pas forcément, ou l’utilise très rarement. Tu peux donc aborder le sujet, si tu vois que tu es face à une personne qui croit en ton projet, car cela pourrait t’aider…

Reste à vivre

Le reste à vivre est le troisième élément à connaître avant d’aller voir ton banquier. Tu sauras mieux quelles sont tes chances d’obtenir ou non un prêt. Le reste à vivre concerne un foyer entier : on déduit les charges des revenus et on obtient une somme. S’il n’existe aucune norme actuelle en termes de reste à vivre, les banques exigent généralement d’avoir 700€ de reste à vivre par adulte emprunteur et 300€ de reste à vivre par enfant à charge, en moyenne. Pour une famille de cinq, deux adultes emprunteurs et trois enfants, le reste à vivre devrait donc être de (700×2)+(300×3)=2300€.

Conseil n° 2 : Ton image bancaire, dans les moindres détails, tu soigneras

Tu comprends maintenant l’intérêt de bien connaître ton profil financier et d’en avoir un en béton. Non seulement la banque va s’appuyer sur ces ratios mentionnés précédemment, mais elle va aller plus loin et éplucher tous tes relevés bancaires. Prévois donc de rendre tes comptes les plus séduisants possible. Dans l’année précédant ta demande de prêt, évite tout découvert et tous frais bancaires inhérents. 

De plus, si tu ne le fais pas déjà, commence à mettre en place une épargne mensuelle. On parle d’épargne de précaution. C’est une somme d’argent mise de côté chaque mois pour pouvoir être utilisée en cas d’imprévu nécessitant des dépenses immédiates. Sache que, chez COMELS, nous pouvons t’accompagner pour mettre en place une telle stratégie en vue d’un futur projet d’investissement. N’hésite pas à jeter un œil à nos formations !

Enfin, idéalement, rembourse tes crédits en cours, tels que crédit auto, prêt à la consommation, etc. pour assainir ta situation bancaire et diminuer ton taux d’endettement. Il faut que tes comptes soient le plus lisse et le plus sexy possible ! Tu peux utiliser une partie de ton épargne de précaution pour cela, mais pense à conserver tout de même un peu de cette somme, car elle sert, comme son nom l’indique, en cas de coup dur. Si tu n’es pas encore propriétaire, sois certain(e) que ton banquier va regarder si tu as une bonne épargne de précaution pour subvenir à tes besoins en cas de difficulté.

Une fois ces différents aspects soignés, tu vas pouvoir monter un dossier bancaire. C’est un peu comme si tu rédigeais un véritable Business plan.  Dans notre accompagnement INVESTIR COMELS, nous te guidons pas à pas dans la présentation et l’organisation de ton dossier bancaire. Tu devras répertorier tout ce que nous venons de mentionner et ajouter plusieurs autres éléments encore, pour montrer à ton banquier la solidité de ton projet. N’hésite pas à nous contacter pour en savoir plus, ou à nous suivre sur les réseaux sociaux pour t’informer et te former.

Conseil n° 3 : Perspicace et persévérant(e), tu seras

Lorsque ton dossier bancaire sera finalisé, tu vas pouvoir prospecter auprès des banques. D’ores et déjà, retiens une chose : obtenir un prêt immobilier, c’est une question de feeling, une relation humaine. La confiance est clé. Ta mission va alors être de trouver le bon interlocuteur. Et ce n’est pas forcément la personne la plus haut placée dans une banque. Va chercher l’expert, le spécialiste en montage de prêts, celui qui prendra le temps d’écouter ton projet, de te connaître, de comprendre tes objectifs et donc de te proposer la solution la plus intéressante. 

Développe une relation professionnelle et respectueuse avec ton banquier. Sois poli(e), pose des questions pertinentes, montre ton sérieux et sois transparent(e) sur ta situation financière grâce à un dossier bancaire solide et que tu connais par cœur. Le banquier veut faire de son mieux, il veut satisfaire ses clients et valider une belle opération. N’aie pas peur de domicilier tes comptes ou d’ouvrir une nouvelle assurance-vie chez cette nouvelle banque qui te propose le montage de prêt immobilier rêvé. La contrepartie bancaire n’est pas toujours à voir comme une contrainte imposée, mais plutôt comme une force de négociation.

Enfin, lorsque tu investis à Roanne, mais que tu vis à Lyon, même si ces deux villes sont très proches l’une de l’autre, prends rendez-vous avec des banquiers dans les deux villes : à la fois en local, à Roanne, mais aussi à Lyon. Les banquiers de Roanne connaîtront parfaitement le marché local, les taux pratiqués, et seront ravis, si tu signes avec eux, de partager avec toi le nom des meilleurs artisans en bâtiment du coin, tandis que les banquiers de Lyon auront envie de gagner un client qui habite à côté de chez eux et feront tout pour t’offrir la meilleure proposition financière. Cela te permet ainsi d’augmenter le nombre de banques à démarcher et les opportunités de décrocher un prêt aux conditions idéales. 

Si tu ne décroches pas un grand OUI immédiat de la part de ton banquier avec tous les conseils que nous venons de te partager, ne te décourage pas pour autant. Depuis le 1er janvier 2022 et les nouvelles normes du HCSF en matière de taux d’effort, il est certes devenu plus difficile et contraignant de faire un emprunt, mais pas impossible ! Sois patient(e), persévérant(e). Et, si tu nous lis, c’est que tu es ou souhaites devenir investisseur(-se) en immobilier. Tu as donc un Mindset de Challenger : celui que rien n’arrête, c’est ce qui fait ta force !

En résumé, obtenir un prêt immobilier en 2024 ne doit pas te faire peur. Tu as ici toutes les clés pour te préparer judicieusement et stratégiquement. Les banques continuent d’octroyer des prêts malgré les contraintes, alors pourquoi n’obtiendrais-tu pas le tien ? Tout projet d’investissement immobilier demande une véritable préparation. Anticipe en soignant tes comptes bancaires, apprends à connaître ton profil d’emprunteur(-se), maîtrise ton budget, ta situation et tes capacités financières. Rédige un dossier bancaire sérieux, professionnel et irréprochable. Informe-toi et forme-toi sur les techniques d’obtention de prêt et de négociation. Crois en toi et en ton projet, et n’oublie pas : la détermination d’aujourd’hui mène au succès de demain !

 

Good Luck!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire